Return to site

 

 

 

 

PAROLES D'EXPERT.E.S #5

 

Mélanie Marcel & Tariq Al Olaimy - Ashoka

Pour cette cinquième édition de Paroles d'Experts, ce n'est pas un mais deux experts que nous avons rencontrés !

Mélanie Marcel & Tariq Al Olaimy sont tous les deux des entrepreneurs sociaux engagés, respectivement originaires de France et du Bahrein. Après s’être rencontrés via le programme Ashoka Changemakers, une plateforme collaborative destinée aux jeunes entrepreneurs sociaux du monde entier, ils ont créé ensemble un workshop autour de la notion de Public-Planet Partnership qu’ils ont présenté ce mois-ci à Espace Bidaya. Nous vous laissons à présent en découvrir plus sur ces deux experts passionnés, leurs activités, leur vision de l’entrepreneuriat et leur engagement dans la société.

Hello Mélanie and Tariq !
Welcome to Espace Bidaya ! Thank you to have accepted to answer our questions.

Mélanie, quel est votre parcours ? Comment êtes-vous passée d’ingénieure en neuroscience à architecte du changement auprès de l'organisation So Science?

Mélanie - Je suis ingénieur ESPCI ParisTech et je me suis spécialisée en Physique des ondes et neurosciences. L’ESPCI est une école d’ingénieur très tournée vers la recherche : 70% des diplômés font une thèse. Alors que je me dirigeais aussi dans cette direction, j’ai réalisé que je ne trouvais pas de laboratoires qui concordaient avec mes valeurs. A l’époque j’étais sensibilisée par l’association d’aide au développement de mon école d’ingénieur qui lançait tous les ans de nouveaux projets d’entreprises sociales. C’est avec Eloïse Szmatula, de cette association, que nous avons décidé de créer l’entreprise SoScience, qui mêle recherche scientifique et entrepreneuriat social.

SoScience est spécialisée en Recherche et Innovation Responsable, nous nous intéressons au croisement entre science et impact social global. L’une de nos activités historiques consiste à monter des collaborations de recherche entre des laboratoires professionnels et des entrepreneurs sociaux qui ont besoin de R&D. Nous avons travaillé sur des sujets comme : de la microfluidique pour lutter contre la malaria, de la robotique pour aider les enfants autistes, des drones pour dépolluer les océans… Nos sujets mêlent toujours une innovation technologique ou une recherche de laboratoire avec un impact social ou environnemental positif.

Tariq, can you introduce yourself and 3BL associates ? 3BL Associates has an uncommon business model. Can you explain your two activities ?

Tariq - 3BL Associates is a people + planet strategy consultancy and think-do-tank, that was established to re-imagine a more sustainable and regenerative Middle East.
We recognize that in a world of complexity, crosscutting issues like peace, health and climate change cannot be solved in silo. We work at the intersection of issues through a systems-thinking, values based approach. As a hybrid social enterprise, we have two arms:

  • Our consultancy is market-driving through providing social impact and sustainability consultancy services to companies, government, and civil society.
  • Our think-do-tank is market-creating through incubating and spinning off our own socially entrepreneurial ventures and innovations that address sustainable development issues, as well as contributing thought leadership.

Our consultancy work funds 3BL’s think-do-tank, which publishes research like the first Bahrain Responsible Business Report with Arabic Knowledge@Wharton in 2012But aside from research, we use the think-do-tank as a social innovation lab to incubate our own ventures. For example ‘www.Diabetes.bh’ is an award-winning offline and online network and portal for education on the prevention and management of diabetes and its related issues.

The two of you recently delivered a workshop on the Public Planet Partnership at EspaceBidaya. What does this framework consist in?

Mélanie & Tariq - The Public-Planet-Partnerships framework is a set of tools and values that demonstrates to the Public how we can see the Planet as a partner, and allows business, public servants, changemakers, innovators, and scientists to consider new ways of working and collaborating with nature.

It is a co-collaboration between SoScience and 3BL Associates, with the seed funding coming through the support of AshokaChangemakerXchange and Robert Bosch Stiftung.

The natural world is our biggest social and economic partner, yet we don’t actively seek to create collaborations with other species, we don’t leverage nature’s open source innovations, we don’t form trade deals with microbial communities, we don’t create relationships with other ecosystems for our scaling strategies, we don’t form consortiums with our forests, nor coalitions with our oceans.

Using the PPP framework makes it easier for the Public to think systemically about how to improve their innovation models, solutions, policies and projects, in a way that includes and benefits the Planet as a collaborator and essential partner of the system.

This approach has never been conceptualized before, and we launched pilot workshops of the PPP framework during COP22, across different cities in Morocco.

"The natural world is our biggest social and economic partner" [...]

Workshop Public Planet Partnership framework à Espace Bidaya le 7 Novembre 2016

Tariq, how are the Middle-Eastern and North-African countries evolving towards a sustainable and green economy? Are there already environmental public policies implemented in these countries ?

3BL Associates is a member of the Climate Action Network Arab World (CAN) which now consists of over 100 NGOs across the Middle East and North Africa (MENA) region.

In the analysis of CAN, Arab countries still need to grasp the opportunity adopting a green sustainable economy that includes especially increased national renewable energy and efficiency targets, a phase out of fossil fuel subsidies and improved Arab governments’ collaboration.

A step towards this would be the ratification of the COP21 Paris Climate Agreement. 111 Government Parties have ratified out of 197, including Jordan, Saudi Arabia, UAE, however the majority of MENA countries have not yet ratified.

Clean technologies are getting cheaper and more innovative. Yet, political leadership is the key to move forward with renewable energy projects in the Middle East and North Africa.

Countries like Morocco are leading with renewable energy, hosting the biggest CSP plant in the world, while in Jordan and Morocco mosques and churches are acting as role models in adopting renewable energy.

On the sidelines of COP22, 47 developing countries committed to 100% renewable energy by 2050 at the latest, including Tunisia, Sudan, South Sudan, Palestine, and Lebanon. We are starting to see MENA countries taking more ambitious steps.

Tariq , you were one of the 5 finalists in the 2010 World Economic Forum Davos Debate Competition with the topic “Social entrepreneurship in the Arab Gulf. Are young entrepreneurs in the Arab Gulf more concerned about the social impact of their businesses than their parents were?  

Ultimately, we have been successful at changing mindsets –the main challenge is the time it takes. Having said that, there is no better feeling than when an individual has internalized the mindset and outlook as their own. But whilst we are optimists, we are also aware that the current economic and social downturn threatens the future of the region. Of all the regions in the world, MENA, needs to transform and reimagine itself the fastest.

So when it comes to the Millennial and elder generation, it is very difficult to put the hopes of addressing some of our most pressing social, economic and environmental challenges on a particular person, or company, or generation. There needs to be collective action over a long time, and this requires an intergenerational approach.

Mélanie, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est la recherche et l’innovation responsable ? En quoi diffère-t-elle de la recherche fondamentale classique? Existe-t-il une prise de conscience sur ce sujet au niveau européen et mondial ?

Je dis souvent qu’il existe dans le monde de la recherche deux types d’activités : la recherche fondamentale, qui sert à augmenter notre base de connaissances, et la recherche appliquée, qui sert à créer des impacts économiques. Mais il nous reste encore à développer tout le secteur de la recherche responsable, dont le but serait de créer des impacts sociaux.

La prise de conscience est encore jeune : on remet rarement en question le fait que « la science » est de fait bonne pour l’humanité. Or, même si les intentions des chercheurs ou des instituts de recherche sont le plus souvent affichées comme telles, cet impact positif sur la société ne sera réel que lorsqu’il sera pris en compte, mesuré et considéré comme un but en soi, ce qui n’est pas le cas pour l’instant. La Commission Européenne, l’OCDE et certaines organisations de recherche comme le MIT aux Etats-Unis se penchent sur la question depuis quelques années. Le secteur reste à construire et c’est pourquoi chez SoScience nous développons aussi nos activités de conférences, écriture d’articles et de livres, bref la sensibilisation sur ce thème !

Mélanie - Un des piliers de votre projet est l’innovation jugaad. Pouvez-vous en expliquer le principe à nos lecteurs? Comment introduisez-vous l’innovation jugaad dans le monde des sciences ?

L’innovation jugaad peut se résumer à la phrase « faire mieux avec moins » : il s’agit d’être ingénieux et d’aller au plus simple pour trouver une solution tout aussi efficace, qui coûtera moins cher ou sera moins difficile à produire. Bien que le monde des sciences et techniques aime en général trouver la solution la plus sophistiquée, il n’est en réalité par si difficile d’appliquer les principes du jugaad au développement de produits.

Par exemple, GE Healthcare en Inde s’était lancé le défi de créer un électrocardiogramme pour les populations rurales indiennes : il devait donc être robuste, résistant, facile à utiliser, et coûter très peu cher. Après deux ans de R&D, les ingénieurs ont sorti un produit 5 fois moins cher et qui répondait aux autres contraintes ! Ce qui est aussi intéressant, c’est que le produit était d’une telle qualité qu’il est aujourd’hui plébiscité dans plus de 90 pays (dont la France ou les Etats-Unis). Cela signifie qu’il est possible de faire des produits de qualité et qui soient inclusifs (accessibles à tous). Face à tous les enjeux planétaires, « l’esprit jugaad » peut apporter des réponses. Nous savons par exemple que les ressources de notre planète sont limitées, l’innovation jugaad est l’une des réponses à l’utilisation plus raisonnée de ces dernières, sans pour autant laisser une partie de la population mondiale de côté.

Thanks Tariq and Melanie for this interview !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly