Return to site

PAROLES D'EXPERT.E.S #6

Youssef Chaqor

CEO de Kilimanjaro Environnement

Youssef Chaqor est le CEO de Kilimanjaro Environnement, l'entreprise sociale qui récolte les huiles alimentaires usagées pour les transformer en Biodiesel. Il revient sur son parcours, la création de Kilimanjaro Environnement et son impact social et environnemental.

Bonjour M. Chaqor,
Nous vous remercions d'avoir bien voulu répondre à nos questions ! Nous espérons que votre parcours saura inspirer une nouvelle génération d'entrepreneurs au Maroc.

Pouvez-vous nous rappeler en quoi consiste le projet Kilimanjaro Environnement ? Quel est son impact social et environnemental en termes de création d’emploi et de protection pour l’environnement ?

Kilimanjaro Environnement est une entreprise écologique opérant dans la collecte et la valorisation d’huiles alimentaires usagées en biocarburant. Opérant depuis 2008, Kilimanjaro Environnement est fortement investie dans la création d’impact social à travers la promotion d’emplois verts durables, l’accompagnement de personnes en situation précaire dans un processus d’apprentissage et de réinsertion sociale, et l’assistance des écoles et universités dans la formation de leurs étudiants. D'autre part, le cœur d’activités de l’entreprise, Kilimanjaro Environnement permet la réduction d’émission de CO2 en évitant le renvoi de ces huiles alimentaires usagées dans la nature, et en le redirigeant vers la filière de valorisation en biocarburant. Grâce à son Eko-fuel, chaque tonne d’huiles alimentaires usagées redirigée vers le circuit de collecte et de transformation permet la réduction des émissions de CO2 de 2,6 tonnes.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton parcours ? Comment es-tu devenu une figure reconnue de l’entrepreneuriat à impact environnemental, au Maroc et dans le monde ?

Après des études au lycée Moulay Youssef, j’ai intégré l'Ecole Mohammedia d'Ingénieurs et obtenu mon diplôme d'Ingénieurs d'Etat en 1998, en génie industriel. A ma sortie d’école, j’ai occupé le poste de responsable marketing & commercial à Unilever pendant 5 ans, puis j’ai été recruté en tant que directeur commercial à Savola, une multinationale opérant dans l'industrie du raffinage des huiles alimentaires.

De par mes responsabilités au sein de cette entreprise, j’ai découvert une nouvelle filière de biocarburants qui venait se greffer sur une offre existante de matières premières agricoles principalement les huiles brutes, le sucre et les graines de blé. En cherchant plus loin, je réalisai les problématiques éthiques et environnementales reliées à cette industrie.

Au moment de vouloir me lancer dans l’aventure entrepreneuriale, m’est venue l’idée de me positionner sur une filière équivalente mais équitable et écoresponsable, puisque qu’elle utilise le déchet résiduel de ses huiles alimentaires, comme matière première pour la production des biocarburants.

Pour ce qui est de mon engagement environnemental et entrepreneurial, le contexte économique et réglementaire au Maroc, fait qu’un entrepreneur comme moi opérant dans le green business se doit d’être au-devant de la scène afin de mettre en avant cette filière et métiers naissants, exposer aux différentes parties prenantes (institutionnelles, réglementaires et financières) les freins que l’on rencontre et les besoins urgents qui permettront la croissance du secteur et la multiplication de ses impacts économiques environnementales et sociales.

D’autre part, le tissu économique marocain repose de plus en plus sur les TPE et PME qui sont les créateurs de valeur de demain. En tant qu’entrepreneur passionné et convaincu, j’ai le souhait de pouvoir embarquer, l’humilité de vouloir inspirer, et la conviction de devoir promouvoir et encourager les jeunes et moins jeunes, les futurs diplômés etc à sauter le pas et à créer leur entreprise afin de contribuer activement à la création de valeur durable. Pour cela, je consacre beaucoup de mon temps à participer à des formations, conférences, colloques, afin de partager mon expérience à ce jour, mes difficultés d’entrepreneur mais aussi insuffler l’esprit entrepreneurial à ceux qui n’osent pas se lancer.

Vous avez lancé l’application Eko-Geste Dari destinée à la collecte des huiles alimentaires des ménages. Pourquoi ce choix de ne pas vous limiter aux huiles industrielles et qu’est-ce que la collecte des huiles des particuliers implique en terme de logistique ?

Eko-Geste Dari est une plateforme collaborative intégrée de valorisation de déchets ménagers qui repose sur un dispositif logistique innovant de tri et de collecte connectant le particulier à la filière avec l’appui des marques de grande consommation soucieuses de l’impact de leur emballages sur l’environnement, mais aussi à l’affût de nouvelles stratégies innovantes pour l’acquisition de consommateurs.

En 2014, nous avions lancé notre premier programme de collecte à domicile des huiles alimentaires usagées auprès de 50000 foyers. Ce programme a impact social très important puisqu’il avait pour objectif la création d’un grand nombre d’auto-entrepreneurs via de la réinsertion sociale de jeunes chômeurs, ou de la conversion de chiffonniers. Cet impact social reposait principalement sur la nécessité de leur assurer un revenu mensuel intéressant tout en mettant à leur disposition les bonnes conditions et outils de travail. De l’autre côté, nous avions des ménages de plus en plus soucieux du devenir de leurs déchets et de leur impact sur l’environnement.

Très rapidement, en tirant les conclusions de ce premier pilote, nous avons réalisé la nécessité d’intégrer dans la chaîne de valeur et de collecte tout type de déchets secs recyclables, afin d’augmenter la rentabilité des collecteurs, et d’offrir un service plus complet aux ménages.

Pensez-vous qu’au Maroc, les ménages sont assez sensibilisés aux valeurs de tri et de recyclage ? Sinon, comment y parvenir ?

La prise de conscience est là. Cependant, il faut encore beaucoup de travail de sensibilisation plus particulièrement auprès des plus jeunes afin d’inculquer et d’automatiser la nécessité d’améliorer nos modes de consommations, et de réduire notre impact environnemental, et cela passe bien entendu aussi par la gestion de nos déchets.

Pour ce faire, nous investissons beaucoup de notre énergie et moyens afin d’être au plus proches des communautés auprès desquelles nous opérons pour accompagner cette reconversion. Nous sollicitons d’ailleurs pour cela, l’appui des marques de grande consommation dans le cadre de leur responsabilité élargie de producteurs, mais également l’appui de la société civile, des associations de quartiers, et bien entendu celle du gouvernement qui doit jouer un rôle clef en matière d’éducation.

Les trois ambitions de Kilimanjaro Environnement pour les prochaines années à venir ?

Nous avons pour objectif de tripler la taille de notre entreprise sur les 3 années à venir. Pour cela les axes majeurs de notre plan de développement, comprennent la viabilisation et réussite de notre programme Eko-Geste Dari de collecte à domicile, afin de rediriger le potentiel des huiles alimentaires usagées et autres déchets recyclables provenant des ménages vers les filières de recyclage. Ce projet à lui seul permettra de créer plus de 2000 emplois d’auto-entrepreneurs et d’établir un réel système vertueux d’économie circulaire.

Nous avons également comme grand projet pour l’année 2017 d’augmenter notre capacité de production de biocarburant de 1200 tonnes/an à 8000 tonnes/an via l’expansion de notre unité de valorisation. L’installation devrait voir le jour vers la fin du premier trimestre 2017.

Enfin, ayant beaucoup appris de notre expérience sur le marché marocain depuis 8 ans, nous souhaitons à présent nous ouvrir vers d’autres horizons, et tenter l’expérience régionale en dupliquant notre business model dans d’autre pays d’Afrique et du Moyen-Orient, comme nous avons commencé à le faire au Maghreb.

Un conseil à donner aux personnes qui se sont lancées dans l’entrepreneuriat ?

Persévérance, patience, et beaucoup de passion. Le chemin d’un entrepreneur et parsemé d’embuches, cependant il faut croire en son projet, et garder en tête qu’il est de notre rôle et devoir à tous d’impacter positivement notre environnement économique et social, en assurant la création de valeur durable et vertueuse. Battez vous !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly