Return to site

PORTRAIT DU MOIS #11

TIBU

MOHAMED AMINE ZARIAT

Mohamed Amine ZARIAT, est le président de l’ONG « TIBU Maroc » qui promeut le basket au Maroc à travers des projets éducatifs et sociaux. Nouvellement accompagné à Espace Bidaya à travers le programme Social Sport Business Lab (SSBL), TIBU Maroc est un coup de coeur. Il nous a semblé alors indispensable de mettre en lumière les combats de son ambitieux président !

-“Les obstacles ne doivent pas t'arrêter. Si tu rencontres un mur, ne te retourne pas et n'abandonne pas. Tu dois comprendre comment escalader, traverser ou contourner le problème” -Michael Jordan

Qui se cache derrière TIBU Maroc ? Quel est votre parcours ?

Mon parcours a été rythmé par le Basketball. J'ai commencé ce sport à l'âge de 12 ans, jusqu'à intégrer l'équipe nationale en 2008. Entre le Basketball et les études, il a fallu choisir, j'ai opté pour les études. J'ai obtenu des diplômes: mon BAC, puis une licence en management des entreprises à l'IAE de Caen et un master en management du sport à l'ISCAE de Casablanca. En parallèle, j'ai eu la chance de suivre une formation IVLP (International Visitors Leadership Program) aux États-Unis grâce à un programme mis en place par l'ambassade des États-unis au Maroc. Après m'étre construit un bagage solide entre la France, les États-Unis et le Maroc, je me suis lancé dans la vie professionnelle. J'ai travaillé dans des agences, j'ai géré un département spécialisé dans "l'empowerment" et le "leadership" à l'Université Internationale de Casablanca, je me suis même retrouvé à la direction marketing d'une école américaine, American Academy Casablanca. L'entreprenariat m'est alors apparu comme une évidence, j'ai créé la startup "Morocco Leadership Academy", qui porte une mission: celle de convaincre le gouvernement à intégrer aux programmes des écoles publiques "le leadership" comme une matière aussi fondamentale que les mathématiques, le français ou l'arabe. Aujourd'hui, je suis président de TIBU Maroc, un projet associatif que je porte avec conviction.

En 2010, vous organisez le premier Tournoi International de Basket Universitaire (TIBU) qui marque le début de l’aventure. Aujourd’hui, TIBU Maroc est une ONG reconnue. Pouvez-vous nous en dire plus sur les actions que vous menez? 

En effet, TIBU Maroc est un rêve, celui d'organiser un Tournoi International de Basket Universitaire. Quelques jours avant l'évènement, nous n'avions toujours pas décroché les fonds nécessaires pour nourrir et loger les équipes internationales. Il a fallu choisir entre maintenir ou annuler l'évènement. L'annulation nous a paru impossible, c'était l'image du Maroc qui en dépendait, nous nous sommes alors battus pour ramener des fonds. L'évènement a eu lieu et a connu un franc succès. De là, nous nous sommes dit qu'il fallait créer quelque-chose qui nous réunirait durablement. Nous avons alors créé en 2010 l'association à but non lucratif TIBU Maroc, qui a pour mission de promouvoir et développer la pratique du basketball au Maroc grâce à des projets à caractère sportif, éducatif et social.

Nous organisons des projets de sensibilisation sous la forme de caravanes itinérantes et de camps :

- Des caravanes nationales sillonnent le Maroc pour aller dans les collèges et lycées publics. Chacune d'elles touche 18 000 à 26 000 jeunes sur l'ensemble du territoire. À travers des ateliers de Basketball, les enfants apprennent à faire des passes, à dribler, ou encore à tirer. Le but est simple, nous souhaitons que les jeunes se disent : "ouaaahh...c'est génial ! j'ai envie de pratiquer ce sport". Cette opération participe à l'augmentation des licenciés de la Fédération Royale Marocaine de Basketball.

- Un programme Basket F'Douar a également été mis en place pour toucher les habitants des zones rurales.

- La caravane de basket des quartiers, quant à elle, s'implante dans les quartiers populaires. L'installation de panneaux de basket permet aux jeunes de se réunir autour de ces terrains et d'apprendre ce sport.

- 3X3 Basketball Morocco est un programme qui promeut le Basketball 3 contre 3, qui est aujourd'hui un sport olympique. Nous avons organisé ces caravanes qui sillonnent le Maroc avec des stars de NBA et WNBA Cares, et en partenariat avec l'ambassade des États-Unis au Maroc.

- TIBU Basketball CAMP est un programme de promotion des valeurs sportives. Durant 10 jours, le Basketball, le leadership, les langues, le renforcement des capacités sont enseignés. Plusieurs TIBU Basketball Camps sont organisés selon les différents publics visés : les enfants de 8 et 13 ans, les adolescents de 14 et 18 ans, les filles, les jeunes à mobilité réduite, et les africains talentueux.

Des programmes ayant pour mission de développer la pratique du sport via la première académie de basket au Maroc ont également été mis en place :

- TIBU Basketball Academy : la première académie de Basketball au Maroc a pour mission de façonner des basketteurs de haut niveau, des jeunes qui seront des modèles pour la jeunesse marocaine. Le programme se base sur 6 axes stratégiques: la formation, le leadership, le suivi pédagogique, la responsabilité sociale, l'expérience internationale, et la vie au sein de l'académie. Les semaines des jeunes sont ponctuées entre les entrainements, trois à six fois, les cours de leadership, de prise de parole en publique, de positive attitude, de travail en groupe et d'anglais. Ils participent à des évènements et tournois internationaux en France, au Pays-Bas, Espagne, Serbie, États-Unis, Angola, Sénégal... Au bout de 3 ans, nous sommes champions du Maroc catégorie fille, et champions régionaux U14, U16 garçons.

- TIBU HandiBasket School : la première école handibasket au Maroc utilise cette discipline comme vecteur d'intégration sociale des personnes à mobilité réduite. Ce sont des jeunes issus de familles populaires qui, grâce à TIBU Maroc, peuvent profiter d'un programme axé notamment sur le basket, les langues ou encore le leadership.

Toutes ces opérations et programmes ont été réalisés entre 2010 et 2015. Les nombreux feedbacks des parents ont attesté du fort impact de ces actions. Les enfants sont plus ouverts, engagés et créatifs. D'ailleurs, ils réussissent davantage à l'école.

Suite à ces constats, nous nous sommes demandés comment ces opérations pouvaient être pérennisées et dupliquées. Nous avons alors développé un partenariat avec le Ministère de l'Éducation Nationale, ce qui a marqué le lancement des centres dans des écoles primaires des quartiers populaires. Ces centres donnent la possibilité à des centaines de jeunes de suivre des programmes centrés sur le basket, des cours de français, d'anglais et des activités liées au leadership. À ce jour nous avons créé 10 centres au sein du royaume : Casablanca, Kénitra, Mohammedia, Zenata, Fnideq, Inezgane et Tan-Tan.

A travers TIBU Maroc, vous luttez plus largement contre l’abandon scolaire et l'extrémisme. La pratique du Basketball devient un tremplin éducatif pour les enfants issus de milieux défavorisés. Quelle est votre vision des infrastructures et programmes scolaires actuels au Maroc ?

Les centres n'auraient pu se faire sans l'appui du Ministère de l'Éducation Nationale au Maroc, des acteurs économiques tels que La Marocaine Des Jeux et des Sports, La Vache qui rit, Vivo Energy Maroc, la Société d'Aménagement Zenata, l'Ambassade et consulat des États-Unis au Maroc et les Wilayas du Royaume. Ce partenariat public-privé, en collaboration avec la société civile, permet de fédérer l'ensemble des acteurs autour d'un seul et même projet. Des initiatives fleurissent dans la veine du programme 2015/2030 du conseil supérieur de l'éducation nationale, dont nous mesurerons l'impact dans quelques années.

Nous avons conscience qu'il y a un problème d'éducation au Maroc. L'enfant défavorisé arrive à un âge où il se désintéresse de l'école, ses conditions de vie pèsent sur ses notes. Ce découragement qui le guette le rend davantage vulnérable et soumis à l'abandon scolaire. Dans ce contexte, nous offrons à l'enfant une activité gratuite dans son école et dans son quartier. Nous lui véhiculons l'idée que tout est possible, dans la mesure où l'on travaille dur. Nous essayons de partager avec l'enfant notre expérience, finalement nous essayons de l'inspirer. Nous mettons tout en oeuvre pour le "potentialiser", lui dire que même si il a des 4 et des 5 aujourd'hui, demain il peut avoir des 7 et des 8. Demain il peut créer de l'impact au sein de son quartier !

Nous sommes là car nous voulons qu'ils réussissent à l'école, et pourquoi pas devenir des basketteurs de haut niveau. Le plus important reste, néanmoins, de grandir en étant des citoyens modèles. "Être citoyen" c'est s'engager auprès de son pays, de sa communauté et de son quartier. Nous essayons d'installer cette notion de "Give back" et de patriotisme, pour qu'ils puissent aimer leur école, leur quartier et leur pays. Cette philosophie de vie est insufflée pour qu'un jour ils ne soient pas recrutés par des organisations terroristes par exemples.

Un psychologue accompagne le programme, il procède à un diagnostic individuel afin de capter leurs aptitudes sociales, leurs aptitudes scolaires, leur estime de soi et leur apparence physique. Nous évaluons le groupe et les individus. Nous faisons de la pédagogie différenciée pour que ceux qui ont des bons scores puissent driver ceux qui en ont des moins bons.

Nous avons installé un système de création d'environnement positif. Les enfants vivent dans des milieux défavorisés, dans ce contexte leur estime de soi est fréquemment entachée. Nous adoptons des méthodes pédagogiques simples et positives. Nous les appelons par leur prénoms, nous les regardons dans les yeux, nous leur donnons la parole, nous les laissons jouer... Toutes ces interactions positives engendrent une prise de confiance des jeunes. "Ce n'est pas parce que je suis né dans un milieu défavorisé que je ne peux pas réussir, TIBU Maroc me crée un chemin de réussite !"

Ainsi, je pense que le programme de TIBU Maroc s'inscrit parfaitement dans la stratégie du gouvernement qui vise à redynamiser l'éducation au Maroc.

Quels sont les défis à relever pour TIBU Maroc ?

Aujourd'hui, nous sommes vraiment dans une phase de croissance, de duplication et d'implémentation des centres et des programmes dans les régions de notre pays. Nous sommes aujourd'hui présents dans les régions de Casablanca-Settat, de Souss Massa, de Tanger-Tétouan-El Houceima, de Guelmim-Oued-noun et de Rabat-Salé-Kénitra...et bientôt dans la région de l'Oriental. Tout d'abord, le défi est de maintenir une qualité de formation dans tous les centres. Si cela marche bien à Casablanca, ça ne doit pas être dû au fait que le bureau TIBU Maroc s'y situe mais parce que l'ensemble des centres fonctionnent aussi bien. Nous sommes très conscients de l'importance d'une uniformité. Le deuxième défi est de trouver des coachs qui portent la vision de TIBU Maroc, car nous n'enseignons pas seulement le Basketball mais la vie à travers le Basketball. Finalement, le sport n'est qu'un moyen. Au delà de faire une passe, c'est le travail d'équipe que l'on enseigne. Notre défi également est de faire grandir nos ressources humaines et les former. Moi, je crois beaucoup à l'Humain.

1500 enfants bénéficient d’un accompagnement quotidien de TIBU Maroc et 89 000 autres ont été sensibilisés chaque année, 180 000 jeunes à l'horizon 2025. Pouvez-vous partager avec nous une des meilleures anecdotes que vous gardez en mémoire ?

Une anecdote qui m'a marqué est celle d'une des jeunes filles accompagnées dans le centre de Inezgane. Son père militaire a dû être muté à Dakhla, sa famille devait donc déménager à 6 heures de route de sa ville. La petite fille a pris sa tenue TIBU Maroc que nous lui avons offerte, elle a dit : "non, moi je ne pars pas, je veux rester ici parce qu'il y a TIBU". Finalement, elle a réussi à convaincre sa famille, la maman est restée pour que sa fille continue de suivre le programme TIBU Maroc.

Ouahh... J'ai trouvé que c'était un geste fort ! Cette anecdote nous rappelle que TIBU Maroc doit tenir ses promesses engagées auprès des jeunes.

Vous êtes un homme ambitieux et déterminé, vous faites preuve d’exigence envers TIBU Maroc autant qu’envers vous même, afin d’atteindre vos rêves. Déjà cinq fois champion du Maroc, élu meilleur joueur du Maroc en 2004, une participation à une coupe d’Afrique et deux Coupes arabes à votre palmarès, vous visez maintenant le ministère de la jeunesse et des sports à l’horizon 2021 et pourquoi pas, la présidence de la NBA en 2030. D’où vous vient cet état d’esprit de conquérant ? Qui est votre source d’inspiration ?

Je crois aux 3 C. La Citoyenneté: il s'agit de faire les choses pour la communauté et non pour l'intérêt personnel. Le deuxième C: c'est le C de Compétence, le savoir est partout, on apprend autant du top management que du gardien. Le troisième C, c'est le C du Courage, celui de prendre des initiatives qui sont atypiques voir risquées.

-Never say never !

Cet état d'esprit vient du fait que je suis quelqu'un de passionné par le basket. Je pense que si j'avais choisi une carrière lambda, je n'aurais pas appris aussi vite. En 2010, j'avais mis en place mon projet professionnel à l'horizon 2040. Je me suis rendu compte que j'avais une force d'imagination. J'ai la faculté de rêver de quelque chose et de me réveiller pour le réaliser coûte que coûte.

J'ai un exemple qui parle de lui-même. Nous avons lancé un centre à Sidi Moumen et à Ain Sebaa. Lors de l'ouverture, nous offrons aux jeunes une tenue et un sac mais pas de baskets. Un jour, en regardant les enfants s'entrainer, je me rends compte qu'ils viennent avec des sandales ou des baskets déchirés. Ils n'ont pas les moyens d'en acheter tout simplement, pourtant ils en ont besoin. En voyant ces enfants jouer et s'amuser, j'ai imaginé une vidéo qui capterait ces moments de vie et qui serait proposée à un sponsor. Le lendemain à 8 heures, j'ai appelé la directrice de la communication de La Marocaine Des Jeux et des Sports pour lui présenter l'idée qui m'était venue la veille. Au vu de mon engouement, elle accepte de financer l'action car nous partageons des valeurs communes qui nous animent au quotidien. Les enfants étaient aux anges lors de la réception de leur cadeau, des baskets. La confiance de notre sponsor a été récompensée, c'était une expérience extraordinaire, la vidéo transpire la joie. Je suis quelqu'un qui va sur le terrain, j'écoute les enfants pour transformer leurs remarques en idées innovantes !

Ma source d'inspiration finalement ce sont l'ensemble des rencontres positives que j'ai faites durant l'ensemble de mon parcours. Elles ont permis de développer mon esprit de conquête ! Lorsque l'on fait quelque chose pour les autres, cela prend une autre dimension. Je tiens énormément à avoir une écoute active, cela est un atout pour apprendre de tous, des professeurs, des coachs, des partenaires mais surtout des enfants !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly